Contexte

Engagé dans la problématique des déchets, je cherche à concilier contraintes de la vie familiale au quotidien et diminution des déchets. Je crois dans notre capacité collective à améliorer leur traitement et à diminuer les déchets résiduels de manière collaborative et pluridisciplinaire. C'est dans cette optique que j'ai proposé mes services en tant qu'UX designer au SMICTOM, acteur chargé du traitement et de la valorisation des déchets dans ma région d'adoption.

Recueil des données

Chaque candidature implique une récolte des données. Je me suis donc plongé dans un premier temps dans la lecture des rapports annuels 2015-2019 disponibles sur le site.

Le graphique suivant issu de la lecture des rapports annuels 2015-2019 s'est concentré sur le taux de refus par commune, un indicateur qui m'a semblé pertinent à plus d'un titre :

- il met en avant l'efficacité du tri et donc du recyclage, soit un aspect qualitatif ;

- il représente un objectif financier de la communautés de commune.

L'évolution de ce taux à cinq ans permet d'établir un premier bilan des actions et éventuellement d'envisager d'autres actions auprès de publics leviers comme cela a été le cas auprès des milieux scolaires.

Analyse

Première observation sur ce graphique : certaines données sont manquantes. En effet, les données sont disponibles au gré des contrats signées par les communautés de communes et certaines villes ne disposent de données que depuis 2018.

Toutefois, qu'observe-t-on ? La moyenne générale varie autour de 15 %, en dessous ou au dessus selon les années alors que ce taux de 15 % taux représente un objectif afin d'obtenir l'intégralité des financements de la part de l'organisme d'éco-emballages Citeo. La lecture du rapport annuel laisse d'ailleurs apparaitre un taux de refus plus élevé dans les communes initiales du Smictom. Si les causes s'avèrent multiples, il n'en demeure pas moins que les actions menées (interventions des "éco-ambassadeurs" auprès des écoles, information dans les bulletins communaux) ne semblent pas s'avérer suffisantes.

Ceci peut signifier plusieurs choses :

- un manque d'intérêt et/ou de motivation des concitoyens ;

- un manque de clarté des consignes de tri.

Les actions correctives

Je propose mes services dans ce cadre afin d'évaluer la pertinence des actions à mener non en me présentant comme un expert des déchets ou de la revalorisation - je ne prétends pas l'être même si je possède des connaissances en la matière du fait de mes services rédactionnels pour Suez Collectivités -, mais comme un individu à même d'associer les personnes concernées, que ce soit les équipes du Smictom, celles de la commune et évidemment les usagers afin de définir des actions, pourquoi pas innovantes, afin d'améliorer ce taux de manière la plus pérenne possible. 

NB : Ce billet s'inscrit dans le cadre d'une candidature au Smictom de la région de Fontainebleau en tant qu'UX designer en contrat de professionnalisation.

Ce graphique a été conçu et réalisé sous D3.js V6 (code disponible ici).

Sources :

- Tableaux de données récupérés avec Tabula à partir des rapports annuels du Smictom.

- Photo par Vivianne Lemay sur Unsplash