Menu

Blog

Comment occuper les journées de confinement de papa et maman ? Moi, ça va, j'ai ma pratique sportive assidue, mes jeux, et puis il y a Larsen le matou quand j'ai un coup de m(ia)ou, mais eux, ils doivent un peu s'ennuyer les pauvres alors qu'ils aiment tellement se balader. Donc bon, j’essaie d’y répondre comme je peux, avec mes petits moyens.

Et donc, j’ai trouvé une occupation qui me plait bien et qui leur permet de passer le temps : pour commencer je dérange et je range - je dérange surtout. Papa et maman m'encouragent en me donnant ou en me laissant accès à des dossiers ou des meubles qu’ils ont envie que je dérange pour mieux pouvoir les ranger par la suite - ils disent même « Margot… ». Eux, ça leur permet de faire le tri, de retrouver des documents ou des vêtements qu’ils pensaient avoir perdus ou d’en perdre d’autres ce qui est vraiment génial parce que comme ça ils perdent du temps à rechercher des affaires vraiment importantes. Et puis finalement, ça leur permet aussi de faire du vide.

Aujourd’hui, j’ai décidé de dédier ce billet à ma routine sportive Parce qu’avec ce confinement, j’enchaine comme jamais. Je suis inarrêtable, une machine de guerre.

Une bonne journée de sport, ça commence par un réveil matinal : 7h sur le pont et pas de jour off - pour quoi faire ? Après le petit déj avalé en 10 minutes max - faut pas trainer, j’ai un programme à suivre - je démarre ma routine : les petites bêtises, aller dans la cuisine, empoigner les croquettes du chat, choper une cuillère, taper sur le frigo (« 1, 2, 3 soleil ») prendre un yoghourt, le ramener dans le salon avec la cuillère et repartir vers la cuisine. Toujours dans cet ordre… ou dans un autre. Ben oui, ce qui compte, c’est l’effet de surprise sur papa et maman. Je pourrais arrêter, mais je le fais aussi un peu pour eux, ça leur permet de s'activer et de rester attentif. Je les occupe, sinon, ils s'ennuieraient probablement. Et ils ont l'air plutôt satisfaits et ils me remercient par des "NON, Margot" ou des "Arrête Margot". J'adore ça !

Aujourd’hui, je tiens à rendre hommage à mes partenaires de galère. Je suis pas toute seule dans ce confinement, il y a papa, maman - il y en a tant d’autres d’après ce que j’ai compris, mais je les connais pas. Et puis il y a aussi Larsen, le matou. Ce confinement a du bon quant à ma relation avec lui. Lui qui m’esquivait ostensiblement est désormais bien obligée de s’accommoder de ma présence. On s’arrange et finalement on cohabite assez convenablement. Je le poursuis et lui fait faire un peu d’exercice : il grimpe sur son promontoire  - l’accoudoir du canapé - où je ne peux pas encore l’attendre ; on joue aussi à cache-cache, lui se cache et moi je le trouve. Il a tendance à avoir toujours les mêmes cachettes, du coup, c’est pas trop compliqué.  Lui, il m’initie notamment à l’art du déplacement silencieux - je commence à pas mal maitriser notamment pour aller dans le cuisine farfouiller sur les étagères - et aux trucs trop mignons à faire quand tu sens que t'as été un peu trop loin genre ça.

C'est pratique un Babycook, ça permet de cuire et de mixer les compotes, tout en un, avec un dosage approprié pour bébé.De l'électroménager basique, mais efficace.

Un Babycook c'est fantastique

Depuis quelques semaines, le régulateur s'est grippé et est même devenu impossible à tourner. C'est gênant, mais pas autant que de le démonter pour voir si une pièce n'est pas endommagée. Sous le socle, 4 vis, de type Resistorx.

Un embout spécifique est donc nécessaire, mais pas seulement parce que le col d'accès de deux vis se révèle particulièrement long et étroit. Mon adaptateur est trop large et ne me permet pas de les atteindre.

Que faire ?

Plusieurs solutions s'offrent à moi :

- Elargir le col en plastique afin de permettre à mon tournevis de les atteindre par une méthode ou une autre ;

- Commander le tournevis dédié ;

- Parvenir à allonger mon tube de tournevis ;

- Briser le socle en deux ou en mille morceaux tant que ça s'ouvre.

Mon jeu de contraintes est le suivant :

- je veux le réparer rapidement, un ou deux jours au maximum parce qu'on s'en sert presque quotidiennement ;

- l'achat d'un nouvel outil est exclu du fait de la fermeture des magasins de bricolage en période de confinement et la commande par Internet me semble trop longue.

J'opte donc pour la première possibilité (élargir le col) et j'utilise plusieurs moyens à ma disposition pour ce faire : tournevis, couteau, sécateur - étonnant, mais en l'occurrence, c'est ce qui fonctionne le mieux sur ce plastique dur. J'arrive ainsi au bout de quelques heures à dépiauter l'un des cols, mais une fois encastrée, la vis ne tourne pas... Il me reste plus qu'à désolidariser le col du socle à coup de sécateur dans le plastique tout en prêtant attention aux plaques et autres fils électriques installés dans la structure.

Je parviens finalement à ôter ce socle pour accéder au sélecteur. Il s'avère que l'entourage du sélecteur était simplement collé probablement par des vapeurs ou de l'eau de cuisson des compotes. L'opération aura simplement consisté à nettoyer le sélecteur avec une solution de savon noir et de bicarbonate. En deux minutes, c'est réparé, deux de plus et le socle est refixé.

Temps de main d'œuvre : 3 heures et 4 minutes. Temps de réparation : 2 minutes. Coût : 0 €.

Parfait, maintenant, y a plus qu'à repartir pour de nouvelles recettes de purées et compotes maison.

Conclusion

Le résultat n'est pas fameux et j'aurais préféré une méthode moins destructrice, mais elle m'est apparue la plus appropriée et elle a eu du moins le mérite de l'efficacité avec un matériel limité.

"Mesdames et messieurs, ladies and gentlemen, bienvenue à l’inauguration de mon tipi tout équipé !"

Il manque quand même l’eau, l’électricité et le chauffage, mais la lumière est installée - une frontale à allumer et éteindre, c'est exténuant. C’est papa qui l’a fait à base de matériel de récup - on se débrouille avec les moyens du bord. Bon, pourquoi pas. Je rentre à l’intérieur et après quelques sessions de cache-cache, certes amusantes, je trouve que ça ressemble un peu à un surconfinement. Je n’ai déjà pas beaucoup d’espace pour mes marches quotidiennes. Si on veut réduire mon espace de course au coussin de ce tipi, je crois que ça ne va pas le faire.

Recherche