Menu

Blog

# L'attaque à la petite cuillère

Aujourd'hui, j''ai décidé de mettre en œuvre un casse pour m'emparer d'une cuillère. J'adore les petites cuillères - le symbole d'un bon repas, j'imagine. Pour l'instant, j'ai réussi à m'en emparer temporairement dans le tiroir, mais je me fais rattraper à chaque fois avant de réussir à les mettre en lieu sûr. Pour ça, j'ai besoin d'un plan et pas seulement du plan de la maison.

Ce confinement, c'est le moment de préparer la suite. Mon avenir, ça se joue maintenant, faut pas que je me rate. J'ai donc décidé en coordination avec papa et maman de développer certaines compétences. Je pourrais certes être un modèle bébé avec mon sourire ravageur surtout que j'ai déjà quelques fans et que je suis devenue la mascotte de la résidence - ma sortie quotidienne est attendue avec impatience et chacune de mes poses est commentée. J'adore ça, mais faut pas que ça se sache de trop, ça casserait quelque chose. Dans tous les cas, ça me semble un peu trop simple et surtout faut que je pense à long terme.

Pourtant dans le même ordre d'idées, je développe mes compétences artistiques. D’abord la peinture. J’ai essayé tout ce qui est crayons de couleur, aquarelle, etc. mais j’avoue une préférence pour la peinture avec les mains. Au-delà de la découverte de la magie des couleurs, des couleurs primaires, des mélanges, des bases, je mets les mains dans le cambouis et ça me plait bien. En plus, papa et maman sont fans de mes productions, ils ont commencé à afficher mes oeuvres un peu partout dans l’appartement, ça se diffuse déjà sur Instagram et ils sont déjà là à préparer un premier vernissage avant la fin de l’année.

Maman enceinte, il est temps de faire un dernier voyage en solo avant de préparer ta naissance comme il se doit, et ça passe par l'Ecosse.

Le confinement, pour tout le monde et aussi les bébés comme moi, c’est une orgie gustative, surtout avec la somme d’activité physique quotidienne.

Pendant longtemps dans ma vie, les repas sont arrivés soit à travers les seins de maman soit sous forme de pots en verre ou en plastique. Pendant que papa et maman, ils mangeaient des trucs dans des assiettes, ces pots, ils étaient juste pour moi et j’avais vraiment le sentiment d’être privilégiée. Surtout que leur assiette au niveau visuel, je les sélectionnerai pas toujours pour la semaine suivante de « Baby Chef » : des morceaux énormes. Comment on fait, nous les bébé, je rappelle quand même qu’il nous manque des dents. 

Maintenant, je crois avoir fait le tour des pots adaptés à mon âge et ça me dirait bien de tenter de nouvelles expériences culinaires. Surtout depuis que j’ai découvert le pain. Le pain… c’est juste magique. Et d’ailleurs, les industriels, réveillez-vous ! Faites nous des petits pots au goût de « pain » parce que le pain c’est comme du délice.

Il est temps que je mette à communiquer pour me faire comprendre, confinement ou pas. J’ai étudié la question et plusieurs moyens s’offrent à moi.

Les gestes

Le confinement, c’est quand même un mode de vie qui inspire l’installation d’une routine. Les activités physiques, le bain, les repas, la sortie, tout les jours à la même heure. Du coup, j’essaie de briser un peu cette routine, sinon, c’est l’ennui assuré et avec l’ennui la déprime. Donc, je m’amuse régulièrement à sortir mes chaussettes, à prendre mes chaussures ou celles de papa et maman au choix et à leur amener au moment de la petite balade habituelle après le goûter. Le problème, c’est que des fois, j’ai envie de sortir à d’autres moments et même en tapant sur la porte en hurlant, ça les fait sourire. Du coup, j’ai l’impression qu’ils ont des difficultés à comprendre les nuances. Pourtant, le monde, ce n’est pas tout noir ou tout blanc.

Recherche