Menu

J'y suis arrivée, je suis enfin sortie de la résidence, après presque deux mois d'efforts, d'entrainements quotidiens, enfin...

Bon, le truc que je me dois d'avouer pour mes lecteurs, c'est que ça s'est passé à poussette. Ok, mais le plus important, c'est de retrouver un autre espace, du bruit de travaux et de voitures - il y en avait partout. J'ai quand même remarqué quelque chose d'étrange, tous ces gens dont on ne voit pas le bas du visage et du coup leur sourire - je provoque souvent le sourire lorsque les gens me regardent, je crois que c'est un peu mon pouvoir. Du coup, il ne s'agit pas de lire sur les lèvres, mais dans les yeux et c'est pas facile pour un bébé de 15 mois.

Papa me dit bien que c'est parce que tous sont des super-héros. Je veux bien, mais si c'est ça ils doivent avoir des pouvoirs. Ça peut pas simplement être celui de se déplacer dans la rue. Sinon, je n'ai pas tout compris au concept de pouvoir. Papa et maman aussi, quand on sort de la résidence, on ne voit plus que leurs yeux. Heureusement, c'est pas comme ça à la maison parce que moi j'aime bien toucher leurs dents et les voir rigoler à mes blagues.

Surtout qu'il suffit d'un rien. Il suffit de choisir un mot et de le répéter en se bidonnant et... c'est tout. Hier j'ai choisi "aï aï aï" après l'avoir entendu en marchant sur papa. Je me suis mise à le répéter, à rire, et du coup, il en a oublié la douleur et j'ai pu continuer à lui marcher dessus. Comme quoi ça devait pas lui faire si mal à papa.

D'ailleurs, pour me récompenser de mes progrès, il m'a amené sur un terrain dont je n'avais pas le souvenir, le sol est tout mou, on s'enfonce dedans et pour faire un pas, c'est dur, je suis toute ralentie. Je crois que ça va me rendre encore plus forte pour la course de m'entrainer là dessus.

 

Recherche